Mnemba Island Lodge, Tanzanie

mnemba

mnemba

Le Mnemba Island est un des plus beaux hôtels du monde, mais il ne s’adresse cependant pas à tout le monde. Les inconditionnels de chambres d’hôtel hermétiques, pourvues de l’air conditionné, n’y trouveront pas leur compte ; les personnes qui ne s’imaginent pas dîner autrement qu’en Jimmy Choo en seront pour leurs frais ; et les fêtards cherchant une vie nocturne animée ne devraient pas s’y risquer. Mais pour les amoureux cherchant un séjour incroyablement romantique à l’écart du monde, le andBeyond Mnemba Island est un authentique coin de paradis.

mnemba

Au large de la côte de Zanzibar, cette île privée est un paradis de palmiers et de sable blanc, cerné d’une barrière de corail et des eaux turquoise de l’Océan Indien. L’île ne compte que dix cottages, dix villas en plein air isolées les unes des autres par la forêt alentour. Ici, pas de portes, de fenêtres, et donc pas de climatisation : chaque chambre est ouverte sur l’extérieur, et c’est la brise marine qui régule la températures. Ici, pas de télévision non plus : l’on s’y couche et l’on s’y réveille au rythme de la nature. Chaque cottage est un plaisir pour l’oeil, avec son luxe rustique où domine le bois et les espaces ouverts.

mnemba

Le personnel, aux petits soins, propose à ses clients une myriade d’activités marines. Les dauphins s’aventurent souvent près de la plage et il est possible de nager parmi eux. En leur absence, il est aussi possible de faire à tout moment du snorkeling pour admirer d’incroyables poissons, ou observer une tortue géante venir sur la plage pour faire son nid et pondre ses oeufs…

mnemba

De par son caractère insulaire, l’hôtel propose une cuisine essentiellement marine, et toujours à base de produits frais : l’on peut y déguster de délicieux terikaki de homard grillé, des sashimi frais ou de succulents calamars frits. Les chefs, Ish et Anton, s’adaptent aux envies de chacun au point que l’on a un peu l’impression d’avoir un chef pour soi tout seul. Le plus difficile, dans ce genre d’hôtel, reste, encore et toujours, de le quitter pour retrouver le monde réel…